Home  >  Auteurs  >  Joel Williams

Auteurs

Joel Williams Joel Williams
Voir les vidéos

Joel Williams est né à Phoenix (Arizona) le 23 septembre 1964. Depuis plus d’un quart de siècle, il croupit dans des geôles californiennes pour avoir tué à 21 ans son père, un Blanc alcoolique qui le battait depuis son enfance. Passé par l’épreuve de l’alcool, des drogues, de la castagne, du désespoir, Joel s’est reconstruit une identité en prison : Indien Shoshone-Païute par sa mère, guitariste de jazz, entraîneur de boxe, père d’une petite fille (ayant remis à une visiteuse, au parloir, sa semence recueillie dans une capote)... et, bien entendu, écrivain. Autodidacte, Joel balance ses mots telles des grenades contre les murs de sa cellule. Perversité du Système : pour la troisième fois, la mise en liberté conditionnelle lui a été refusée en 2011 par les autorités pénitentiaires, au motif qu’il ferait mieux de « travailler sur lui-même plutôt que perdre son temps à écrire »... Devant la bêtise à l’état chimique pur, on a le choix entre rire et mourir. Le premier livre de Joel Williams est un cri de douleur qui culmine en éclat de rire salvateur.

Nouveautés

Joel Williams
Du sang dans les plumes
• Collection Pulse : 238 pages
• Traduction : Natalie Beunat et Patrice Carrer
• Parution : mai 2012
• ISBN : 978-84-938027-8-3

Le livre est composé d’une série de récits situés en Californie à la fin du XXe siècle et au début du suivant, ayant le même héros et narrateur, Jake Wallace (mêmes initiales que l’auteur), un Amérindien Shoshone-Païute teigneux, tendre et drôle. Les premiers textes évoquent la jeunesse tourmentée de l’auteur à Los Angeles, les nuits d’alcool et d’amour, la vie dans les bas-fonds. Bien que la plupart de ces histoires découlent de la veine confessional, certaines, plus « objectivées », démontrent la capacité de l’auteur à prendre ses distances par rapport à son parcours personnel pour rendre compte de l’expérience humaine. Par ailleurs, le réalisme est veiné d’un surréalisme qui fait de ces récits plus que de simples chroniques. Les textes suivants, les plus nombreux, appartiennent à un autre genre, la prison literature, qui a ses lettres de noblesse aux États-Unis, et dans lequel excellent trois autres auteurs publiés par 13e Note (Tommy Trantino, – Lock the Lock –, Frederic Berthoff et J. C. Amberchele – Le Livre des fêlures). Au carrefour de la tradition amérindienne et de la littérature de prison, Joel Williams nous fait vivre les angoisses et partager les hantises et espoirs qui rythment ses journées : la tentation de la folie et de l’autodestruction, l’obsession sexuelle, l’image de la Femme tentatrice, la crainte de l’homosexualité, la prise de conscience progressive d’une fraternité avec les skins (les autres Amérindiens)... Bagarres, menaces, rivalités, haines et humiliations au quotidien. Et, derrière tout cela, la découverte de sa capacité non seulement de survie, mais d’une vie digne de ce nom, complexe et intense. Un livre beaucoup plus subtil et dérangeant qu’un simple témoignage, beaucoup plus ambivalent qu’un simple réquisitoire – beaucoup plus littéraire qu’une simple confession.

Lire la suite

« Je m'appelle Joel Williams. J'ai 46 ans, je suis un Amérindien de la tribu shoshone-païute. Je suis incarcéré depuis vingt-cinq ans, suite à une condamnation à perpétuité assortie d'une peine plancher de vingt-sept ans. Je suis également écrivain. Voici comment tout a commencé... »
Joel Williams, Du sang dans les plumes