Home  >  Auteurs  >  Sigrid Nunez

Auteurs

Sigrid Nunez Sigrid Nunez

Sigrid Nunez est une romancière et essayiste américaine née en 1951 à New York. Fille d’une mère allemande et d’un père sino-panaméen, tous deux immigrés, elle explore dans ses romans les notions de classe et de statut sociaux, et l’inévitable violence des relations entre les classes. Véritable touche-à-tout, elle a contribué à de nombreuses anthologies ainsi qu’à des journaux tels que le New York Times ; elle a dispensé des cours d’écriture dans de grandes universités, parmi lesquelles Columbia University et Amherst College. Elle fut la petite amie du fils de Susan Sontag, David Rieff, dans les années 1970.
Témoignage de première main, inédit en France, Sempre Susan est un hommage à celle qui fut un modèle (en tant qu’écrivain, en tant que femme) pour Sigrid Nunez, selon qui la vie des auteurs éclaire leurs œuvres.
Auteur de six romans dont A Feather on the Breath of God, The Last of her Kind ou Pour Rouenna (Éditions Flammarion, 2002), Nunez a reçu de nombreux prix internationaux et été récompensée deux fois par l’Académie Américaine des Arts et des Lettres.

Nouveautés

Sigrid Nunez
Sempre Susan : Souvenirs sur Sontag
• Collection Pulse : 112 pages
• Traduction : Ariane Bataille
• Parution : mai 2012
• ISBN : 978-2-36374-042-7

Printemps 1976, 340 Riverside Drive, New York. Sigrid Nunez, recommandée par la NewYork Review, se rend au domicile de Susan Sontag pour l’aider à traiter la pile monumentale de courrier entassée sur son bureau durant son hospitalisation. Sontag a 43 ans, elle vient de subir une ablation du sein, elle est convalescente. Sigrid découvre un vaste penthouse lumineux, aux murs blancs et nus. Peu de meubles, un chien, et une pièce stratégique, la chambre de Susan qui est aussi son bureau, où trône une énorme IBM Selectric. Susan dicte, Sigrid tape. S’ébauche ainsi une relation forte entre la jeune diplômée de Columbia University, apprenti écrivain de 25 ans, et l’une des plus remarquables intellectuelles de son temps. Sigrid, amoureuse de David Rieff (fils de Susan Sontag), élira domicile au 340 Riverside Drive. Le trio fera autant jaser les commentateurs que se réjouir la dissidente et si peu conventionnelle Sontag. Nunez se souvient. Elle décrit cette période particulière de leur courte vie commune au quotidien, et la personnalité de celle qui fut pour elle à la fois muse, monstre et mentor. Sontag fumait beaucoup, écrivait sans cesse, voyageait tout le temps, détestait les écrivains-enseignants, la solitude, la sottise, la servilité. Féministe radicale, elle ne portait pas de sac, abhorrait les jupes, le maquillage, la chirurgie plastique, les tiédeurs et minauderies du sentiment amoureux. Écrivain avant tout, elle était acharnée au travail, pure dans ses ambitions, soucieuse de partager son savoir et d’attiser les curiosités. À la fin de son livre, Sigrid Nunez nous a fait partager sa conviction que la radicalité de Sontag a soufflé sur notre culture. Au cimetière du Montparnasse, on lit sur une plaque sombre son nom et deux dates : « 1933-2004 ». 71 années d’une vie remplie d’écrits et de convictions qui appartiennent à notre histoire. Sempre Susan – Sontag forever.

Lire la suite

«  - On a toujours intérêt à commencer par transgresser les règles. Pour Susan, arriver en retard était une règle [...] Lorsque les gens se plaignaient d'avoir toujours à l'attendre, elle refusait de s'excuser.
   - Tant pis s'ils ne sont pas assez futés pour emporter quelque chose à lire... »
Sigrid Nunez, Sempre Susan : souvenirs sur Sontag