Home  >  Auteurs  >  Efraim Medina Reyes

Auteurs

Efraim Medina Reyes Efraim Medina Reyes
Voir les vidéos

Efraim Medina Reyes est colombien, il est né à Cartagena (qu’il appelle la Ville Immobile) sur la côte caraïbe,  il y a 36 ans. Son caractère atypique, voire inquiétant, se reflète dans l’activité débordante de ce bassiste et auteur de toutes les chansons du légendaire groupe 7 Torpes. Il se vante d’avoir eu dans son lit un nombre impressionnant de demoiselles enrobées, et d’avoir disputé quatorze combats de boxe sans jamais connaître la victoire. En 1995, il gagne le prix national de littérature Colcultura avec Cinema árbol y otros cuentos. Son roman, Técnicas de masturbación entre Batman y Robin,a été édité en Espagne, Italie et Allemagne en 2002. Depuis, Efraim a publié Sexualidad de la pantera rosaen 2003 et Pistoleros, putas y dementes en 2005.

Nouveautés

Efraim Medina Reyes
Il était une fois l’amour mais j’ai dû le tuer
• Roman : 208 pages
• Traduction : Rémi Anicotte et Jeanne Chevalier
• Parution : mars 2011
• ISBN : 978-84-937595-9-9

Porté par une écriture électrique aux accents de guitare rock, où se mêlent musique, alcool, drogues et érotisme, pour céder d’un coup à des accents lyriques d’émotion pure, ce roman d’initiation met en scène Rep, qui, sous le soleil d’une Colombie rongée par la férocité ordinaire, tente d’échapper à l’ennui de Cartagena, sa Ville Immobile, et d’oublier une certaine fille qui l’a abandonné. Entre séjours à Bogotá, amitiés passionnelles, tentatives artistiques, Rep cherche à sculpter sa vie hors d’un réel d’où le rêve est absent. Un roman dingue au style vif, furieux et au tempo vibrant. Le premier roman traduit de l’espagnol pour 13e Note, un hublot fracassé sur l’Amérique latine.

Lire la suite

« Quel type, aussi dur et performant qu’il soit, n’a pas déjà fait dans son froc ? L’amour cogne plus fort que Tyson, bouge mieux qu’Ali, plus rapide que Ben Johnson dopé. Même si tu chausses du 48, l’amour peut t’envoyer au tapis à te tordre de douleur et à te traîner jusqu’à ce qu’il ne te reste plus un poil de cul. Pour que tu fasses dans ton froc, l’amour n’a besoin que d’un soupir. Je sais bien qu’il y a des gens qui ont des dents impeccables et d’autres qui sont moches comme des poux. Il y a ceux qui n’ont jamais de bouton sur le visage, il y a ceux qui gagnent tous les paris : ça peut aider mais ça ne suffit pas. »
Efraim Medina Reyes, Il était une fois l’amour mais j’ai dû le tuer